dimanche 11 août 2013

Jean-Jacques Dorne


La Métamorphose du mécène du musée de la reine Bérengère du Mans                 (cliquez sur l'image pour agrandir)








« J'étais au Mans, pour rendre visite à ma "fiancée" qui habite le vieux Mans. Nous nous promenions et nous passâmes devant le musée de la Reine Bérengère. J'avais déjà fait une visite à ce musée et nous en restâmes à une visite de la cour. Il faisait assez froid et mon regard se fit plus vif que la première fois. J'observais ainsi chaque recoin et c'est alors que je découvris, cachée sous les branches et les feuilles cette statue de Julien Liger. J'appris son nom par un ami, Jean-Pierre qui habitait près du musée et que j'ai envoyé plus tard pour découvrir quelle personnalité se cachait dans cette statue. Il eut du mal à la trouver, ce qui est extraordinaire car la cour est très petite. Il y a un véritable mimétisme entre le mur et la statue, c'est pourquoi je l'ai prise en photo. Je n'avais jamais vu cela. La photo fut prise le 3 février 2013 à 17h02, avec mon petit appareil photo Samsung NV10, 1/30s, f:2,8, iso 100 avec flash automatique.

La photo de l'ange fut prise plus tard lors d'une nouvelle promenade le 29 mars à 15h40. Je n'avais pas vu l'ange le 3 février car il était encore plus caché. La prise de vue, ( 1/125s, f :2,8, iso 100 sans flash), fut plus difficile, et j'ai dû me faufiler sous les branchages pour le prendre. Ces statues qui rejoignent les murs donnent une étrange sensation, inexplicable : cela tient du mystère.

L'idée de vous proposer ces photos pour votre thème vient d'Alain Leduc qui les a vues, l'idée du triptyque vient de moi. J'étais parti sur des photos très différentes à vous proposer, plus construites. Mais en discutant avec Alain, il est apparu que cela correspondait bien au thème de métamorphose.
En effet, la statue de Julien Liger, mécène du musée de la Reine Bérengère, se fond dans les murs de la cour sous la protection "des" anges. Les mousses envahissent peu à peu le corps et la tête comme le mur qui se trouve derrière la statue. L'évolution se fait imperceptible. Il y a changement complet d'apparence et la statue rejoint le mur pour faire corps avec le musée tout entier. Musée pour lequel Julien Liger fut donateur indirect. Après avoir légué une partie de sa fortune et de ses collections, il lègue aussi son ultime représentation, son seul souvenir, car tout le monde à oublié Julien Liger, y compris les Mancelles et les Manceaux.

Le thème de la métamorphose m'intéresse particulièrement, mais je l'aborde plus sous l'angle de la sociologie et de la philosophie à travers la transformation du corps social. Je vous remercie de m'offrir ainsi de faire le lien avec une approche plus artistique. Merci à vous ! »


extrait d'un mail de Jean-Jacques Dorne
envoyé au Laboratoire Images in air.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire